Revenir en haut Aller en bas
Il paraîtrait que la nouvelle prof de "tolérance" aie des tendances cannibales... - Lamavoyeur

On dit que la première du classement de l'Académie n'a pas eu un seul ami pendant tout son cursus... - Lamavoyeur

Eh les gars ! J'ai entendu dire que Ritsu aurait dit à Zack que Kelya aurait des vues sur Skye mais qu'elle aime trop le fouet de Alistair pour oser déclarer sa flamme à l'élue de son c*l - Anonymousse

Une rumeur?
Top-sites



 :: Hors RP :: Archives RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tutrice involontaire

avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 20
Localisation : Trois coups en avance
Jeu 17 Nov - 23:01
- Skye, venez par ici, s'il vous plait.

Ca y est, encore... Bordel, qu'est ce que j'ai fait, cette fois? J'ai pas assez fait semblant d'écouter? Ca demande une certaine concentration, je vous signale... J'en ai marre de me faire engueuler parce que je n'ai pas besoin de suivre leurs cours. Les profs pourraient commencer à comprendre ça... Bref, je m'approche du prof après le cours de maths.

- Ne vous inquiétez pas, ce n'est rien de grave... En fait, je suis sûr que vous allez apprécier. Nous ne sommes pas sans avoir remarqué votre... *heum* votre avance dans les matières scientifiques.

Non, sans dec? T'es un vrai génie toi. Ca fait genre six ou sept ans que je traverse les cours comme on traverse un paysage. J'ai pas besoin d'être ici, c'est juste qu'en étant inscrite ici, je risque pas de me faire piquer dans la rue comme une chienne perdue.

- Hrmrmbref, nous voulions vous proposer de vous exempter des cours de mathématiques...

...J'ai bien entendu? Je vais arrêter de les avoir sur le dos à longueur de temps? De me faire coller quand je sèche des cours? De devoir écouter ces babillages pendant des heures...? Je serais libre...? Évidemment que je vais accepter, c'est le plus beau jour de...

- ...en échange de cours de soutien pour certains de nos élèves les plus récalcitrants.

--------------------------

Et me voilà, dans une putain de salle d'étude, avec un carnet de cours de troisième année. J'aurais pu être dehors, rentrer chez moi, jouer à la Switch, n'importe quoi. Mais non, je suis bloquée là à m'occuper de...

D'UN PETIT CON QUI N'EST MÊME PAS VENU!

Je rêve ou il m'a posé un lapin?! Je regarde son nom, à nouveau. Isaac Baker. Jamais croisé... En 3ème année, il doit avoir à peine deux ans de moins que moi, un truc comme ça. Putain, il a cru quoi? Que j'étais sa boniche? Bon, ras le cul d'attendre. Je prends mon sac, je descend les marches de l'aile Est quatre à quatre, et je fonce au secrétariat.

Isaac Baker. Il vit à l'académie, il est au dortoir. La secrétaire s'inquiète de son absence. Tu parles, il est resté dans sa chambre à rien foutre, oui! Elle propose de l'appeler. Je lui fais le sourire le plus convainquant dont je sois capable en ce moment, et je me propose d'aller le chercher moi-même. Ca oui, je vais aller le chercher, ce petit...
Elle hésite, je ne suis pas sensée aller dans le dortoir des garçons. Mais on m'a nommée tutrice de ce type, c'est un cas particulier... Elle finit par dire oui.

Je traverse les couloirs de l'aile Ouest. Je monte les escaliers, quatre à quatre. Je croise des seconde, troisième et quatrième années qui me regardent avec un air stupide. Quoi, vous avez jamais vu une fille en pétard? En même temps, vu mon avance, ils doivent penser que je suis dans leurs classes.

J'arrive devant la porte qu'on m'a indiquée au secrétariat, haletante. J'inspire, j'expire...
Et je défonce la porte d'un coup de latte.

- Putain, t'as pas compris quoi dans "venir à 17h en étude"?!!

La porte frappe contre le mur. Je découvre sa chambre. Attends...
Il était en train de faire quoi...?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 29/08/2016
Sam 18 Fév - 12:26

Titre samère

« Il faut y croire pour y donner vie » • Confucius


Kaël
Mutant
Rencontre
Quand ma mère m'a inscrit dans cette académie, elle pensait certainement que mes facilités d'apprentissage à la maison m'aideraient à traverser ma scolarité sans problèmes et que je ressortirais diplômé de ce bâtiment sombre qu'elle voyait comme un ultime espoir de me garder en vie. Quand elle m'a inscrit ici, elle imaginait probablement qu'elle avait pris la meilleure décision de sa vie, et que pour toutes les souffrances endurées pour me permettre d'entrer dans cette école, elle serait récompensée non seulement par ma survie dans ce monde en ruines, mais aussi par ma réussite scolaire. Peut-être espérait-elle que je trouverais un emploi, que je sauverais le monde et que je finirais par grandir dans une popularité extra-ordinaire. Peut-être espérait-elle que je serais connu dans le monde entier et que mon nom serait affiché sur des panneaux publicitaires avec comme slogan "Baker, Super Héro de son temps" ou quelque chose comme ça. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'était la difficulté des niveaux scolaires réels. Ce qu'elle ne savait pas, c'était le niveau qu'on demande aux élèves dans cette académie et surtout, elle ignorait probablement à quel point son dernier fils survivant pouvait être stupide et totalement ennuyé par les matières scolaires. Je soupire doucement, le regard fixé au plafond au-dessus de mon lit. Là sur la peinture blanche, je me surprends souvent à imaginer des mondes et des vies.

Je pourrais écrire des romans entiers tant mon imagination est grande et pourtant, je n'ai jamais rempli la moindre page de quelconques écritures. J'aimerais pouvoir dire que je cache sous mon lit des cartons de cahiers noircis par de belles histoires, des aventures fantastiques ou autres schémas tragiques et passionnants, mais sous mon lit ne se cachent que des chaussettes sales déparayées que je n'ai jamais rangé. Faut dire, ma chambre est un véritable bordel et heureusement que je n'ai pas de colloc' parce qu'il aurait probablement vomis tripes et boyaux en rentrant dans mon joyeux bordel. Pas que je sois un mec sale, quoi que mes chaussettes en disent long sur ma passion du rangement. Disons que je ne suis pas un fervent admirateur des machines à laver. Les bras croisés derrière la tête, je continue de fixer mon plafond et d'y voir se mouvoir dans mon imaginaire, tous les héros que je sois capable de faire vivre. Mais après de longues minutes d'une concentration accrue dans ces mondes qui n'existent que dans ma tête, je me rappelle que quelqu'un m'attend quelque part, dans une sale d'étude si je me souviens bien. Si je compte aller à cette heure de soutien ? Pas vraiment. Enfin si, mais pas maintenant. Je prétexterais d'avoir oublié ou de m'être trompé de sale, d'étage ou même de bâtiment. On verra bien sur place, après tout. Subitement, l'envie me prend de ranger mes affaires.

C'est toujours mieux que de me rendre à ce rendez-vous dont la seule réalité me rend nauséeux. Alors, dans un mouvement nonchalent, je roule sur moi-même et me laisse choir sur le sol poussiéreux. Je me fourre à quatre pattes, le cul en l'air bien en évidence, et je glisse le haut de mon corps sous mon lit pour tenter d'aller attraper les quelques dégueulasseries qui se cachent sous mon plumard. Là dans l'obscurité, j'arrive encore à imaginer de nouveaux horizons. Je perçois ce chevalier de poussière prêt à partir à l'assaut d'un Dragon chaussette endormi paisiblement contre le pied de lit ; j'observe ce lac de soda séché où vivent des créatures mystiques et toutes plus terrifiantes les unes que les autres … J'imagine tout ce que je pourrais faire dans ce monde fantastique, qui m'épargnerais d'assister à ce foutu/

BAM

Je m'arrête, coupé dans cet élan fantastique d'imagination. Je reste silencieux et interdit, espérant presque que personne ne verra mon adorable postérieur dépasser de sous mes draps …

- Putain, t'as pas compris quoi dans "venir à 17h en étude"?!!

La voix est visiblement furax. Et aussi féminine que j'ai le cul en l'air. Je reste encore immobile un long moment, retravaillant en esprit les détails de ma chambre auxquels elle a accès. Un bordel de feuilles noircies et de cahiers abîmés sur mon bureau, de vieilles fringues déjà portées abandonnées sur le dossier de ma chaise, un oreiller jeté contre le mur et une couverture dont la housse n'est plus qu'à demi enfilée … Mouais, ce n'est pas cette fille-là que j'aurais une chance de draguer. Comme le silence s'étend et que je n'entends pas la porte se refermer avec le même fracas dans lequel elle s'est ouverte, je me décide enfin. Pendant quelques secondes, je travaille mes grimaces et mes mimiques dans l'obscurité du lit, avant de finalement glisser nonchalament hors de ma cahette pour me redresser sur les genoux. Lentement, je pose un regard faussement choqué et gêné sur le visage furieux, et je lâche d'une voix monocorde :

- Miiince c'était aujourd'hui ? J'étais persuadé que c'était demain, je suis désolé.

Ou pas.[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 20
Localisation : Trois coups en avance
Sam 18 Fév - 16:51
Le sol est poussiéreux, y'a des fringues partout. On dirait un squat, les seringues en moins... Il y a bien un bureau, attestant qu'il s'agit d'une chambre d'étudiant. Mais il n'a pas l'air d'avoir servi depuis un moment. Les rares cahiers - abîmés - qui y trônaient étaient déjà recouverts par des fringues posées là depuis dieu sait quand. Au milieu du bordel plongé dans la pénombre, les volets mi-fermés, devant moi... Un cul qui dépasse de sous le lit. j'hallucine, ou quoi...?
Il s'extrait finalement de sous son lit défait, sur les genoux.

- Miiince c'était aujourd'hui ? J'étais persuadé que c'était demain, je suis désolé.

- Désolé? Mais j'm'en fous que tu sois désolé, moi, tu vas ramener ton cul et vite fait! Sinon, tu vas te faire dégager de l'Académie, et moi, je serais obligée de me taper le prof de maths!

Pas la meilleure formulation, mais l'idée est passée. Si je l'amène pas en études, je vais me faire défoncer, à coup sûr. Mais ça n'a pas l'air d'être le genre à sortir souvent... Y'a deux solutions maintenant. Soit il me suit, fringué ou non, soit il refuse... Et dans ce cas, je sais pas très bien comment gérer, moi. C'est pas comme si j'étais un exemple d'assiduité.

- T'as envie de te faire virer ou quoi...? C'est pas la mort une heure d'étude...!

Déjà, comprendre quel est son souci. Pour moi, c'est même pas envisageable de pas comprendre les cours dans ce bahut...  Mais j'imagine que je vais devoir faire un effort d'imagination.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 29/08/2016
Mer 15 Mar - 17:36

Titre samère

« Il faut y croire pour y donner vie » • Confucius


Kaël
Mutant
Rencontre
Toujours flanqué sur les genoux, je fixe la fille comme si j'étais outré de ma propre incorrection. Comme si j'estimais mériter le pire châtiment, alors que je feins juste la culpabilité en espérant qu'elle s'en contentera et me fichera la paix une bonne fois. Mais il n'en est rien, elle s'énerve encore plus et m'annonce que sans nos cours, elle devra coucher avec le prof' de math' ... Je ne comprends pas trop le rapport entre une telle infamie et ... Moi. Je reste interdit, à la fixer comme un ahuri, et les secondes s'écoulent pendant lesquelles échafaude un nouveau plan, et elle semble chercher le moyen de me sortir de ma chambre. Comment se débarrasser d'une nymphomane qui veut absolument nous instruire ?

- T'as envie de te faire virer ou quoi...? C'est pas la mort une heure d'étude...!

Je la dévisage comme si elle venait de dire la phrase la plus paradoxale que j'aie pu entendre de ma vie. Comment une heure d'étude peut-elle ne pas être synonyme de mort ? Les paumes sur les genoux, c'est finalement dans un soupire désespéré que je prends appui pour me relever. J'attrape un jean par terre, atteste de la taille pour m'assurer que ce n'est pas une propriété de mon colloc' tout aussi bordélique que moi, et je hume rapidement son parfum afin de savoir s'il est encore métable ou non. Dans un haussement d'épaule nonchalant, je décide de l'enfiler. J'observe ensuite la fille en tirant la mine la plus abrutie dont je sois capable, et j'attends les instructions. Vu l'était de mes cahiers, je doute qu'ils me soient réellement utiles, mais attendons l'avis de la pro' en personne.

A-Delta ©
Revenir en haut Aller en bas
Tutrice involontaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bousculade involontaire ? (pv Zeno)
» [Ajilah] Intrusion involontaire. [TERMINE]
» 01.01/29.L.Association de bienfaiteurs - Groupe de Swift
» Peeves, entremetteur involontaire ? [Aed] [FINI]
» OOPS ! Terra Mystica

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RP :: Archives RPs-
Sauter vers: