Revenir en haut Aller en bas

Boîte à rumeurs

Il paraîtrait que la nouvelle prof de "tolérance" aie des tendances cannibales... - Lamavoyeur

On dit que la première du classement de l'Académie n'a pas eu un seul ami pendant tout son cursus... - Lamavoyeur

Eh les gars ! J'ai entendu dire que Ritsu aurait dit à Zack que Kelya aurait des vues sur Skye mais qu'elle aime trop le fouet de Alistair pour oser déclarer sa flamme à l'élue de son c*l - Anonymousse

Plop? Apparemment les disputes de couple se font de plus en plus fréquentes dans le placard de Caym et Adriel...

Un potin?

à adopter de toute urgence !

Shadow city news

« Suite à l'attentat perpétré sur la personne de Charles Emmett, le délégué de la commission nationale de Recherche et Développement, pendant la démonstration des nouvelles technologies conçues pour amener la paix et la sécurité à Shadow City, les autorités n'ont pas encore présenté de coupable. Selon nos sources, il pourrait s'agir d'un acte terroriste pro-maudit non revendiqué. »

Top sites

©linus pour Epicode

 :: Hors RP :: Archives RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Besoin d'un remontant

avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 29/08/2016
Mer 15 Mar - 18:45

C'est pas humain ...

« Il faut y croire pour y donner vie » • Confucius


Kaël
Mutant
Rencontre
Bon, y'a vraiment des fois où même un ado' de seize ans a besoin d'un remontant. Je quitte l'internat quelques heures avant le couvre-feu pour me dégourdir les jambes en ville. Je devrais en avoir eu assez, mais les évènements de ces dernières semaines m'ont mis à rude épreuve. J'ai vraiment besoin de faire autre chose que réviser ou ... ou réviser. Il est hors de question que j'admette passer mon temps libre à autre chose, et encore moins à reluquer des ... euh bref, j'ai besoin de prendre l'air. Dans un soupire désespéré, je passe les grilles du pensionnat et c'est avec les mains fourrées dans les poches que je rejoins le centre ville dans le plus grand des silences. Mais voilà, le monde continue de vivre et de suivre son cours pendant que je me laisse submerger par mes émotions et mes doutes. Et malgré moi, je tourne le regard vers chaque type qui croise mon chemin comme si chacun d'eux pouvait avoir la réponse à mes nombreuses questions. Suis-je réellement attiré par les mecs ? Pourquoi le plaisir de regarder une fille avec des potes n'équivaut pas à celui d'observer un homme dans toute sa splendeur ? Pourquoi les muscles taillés des sportifs appellent davantage mes yeux d'émeraude que les filles en petite tenue ? Je soupire à nouveau lorsque je passe la porte du bar. Ici, interdiction de vendre de l'alcool à un mineur. Et non seulement je n'ai pas dix-huit ans, mais je ne suis pas davantage accompagné d'un adulte. En revanche, j'ai droit à un diabolo grenadine, non ? Je m'approche du bar et passe commande. Mais après plusieurs verres quoi que délicieux et rafraîchissants, je continue de penser et de me laisser embrumer par toutes ces questions qui me taraudent. Suis-je normal ? Je quitte mon siège et me dirige vers les toilettes.

Là au moins, les tentations seront moindres. Quoi que ça peut vite être encore pire, quand on y pense ... Je pousse la porte lentement, comme un zombie, et j'entre en fixant le sol. Les éviers et miroirs à droite, les pissotières à gauche, j'avance vers ces dernières pour me vider la vessie dans le plus grand silence, et sans poser le moindre regard sur l'homme qui semble s'admirer dans la glace. Décontenancé par les piques de Kelya, je me pose de plus en plus de questions sur ma sexualité et je me demande bien qui pourra répondre à ce genre d'interrogations puisque je n'ai plus ni fratrie, ni parents. Je termine mes petits affaires, remballe le tout et fait un demi-tour sur moi-même pour rejoindre un évier. Mais alors que je relève les yeux pour observer mon reflet, mon regard s'échappe vers le miroir voisin et je manque de tomber à la renverse. Je fais presque un bond en arrière et approche vivement mes bras de mon torse comme pour me protéger, dans un violent mouvement de recul.

- Ohw !

Mais le gars ne semble pas très surpris par ma réaction et ne cherche visiblement pas ce qui m'a fait cet effet-là. Vous me direz, quand notre propre visage n'est que ... qu'une moitié ... on ne se surprend probablement pas de grand chose ... Je le fixe avec horreur pendant de longues, d'interminables secondes, et il n'a pas l'air de s'en formaliser plus que ça. Finalement, je referme enfin ma bouche pour humidifier ma langue qui me semble avoir sécher en une fraction de seconde.

- Pardon ... C'est votre ... votre ... enfin ...

Comment dire poliment à un homme qu'il a véritablement une sale gueule ? Non mais sérieux, comment on peut en arriver à perdre la moitié du visage ? Je reste abasourdi par cette affreuse image qui me hante et je suis trop tétanisé pour simplement m'enfuir en courant. J'en suis même au point où mes jambes menacent de se dérober sous mon poids, pour tout dire ...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Dim 14 Mai - 17:20
Les yeux fixés dans le fond de son verre, le poids de la fatigue sur les épaules, Alistair se demandait comment les hommes des millénaires passés ont eu l'intelligence de créer l'alcool. Sans ce liquide de plaisir, peu pourraient supporter la pression du travail. Et c'est à cause ça que trois verres vides font la file à coté du bras du scientifique, toujours habillé de son costume et son éternel visage scindé par son masque. Le barman le connaissant, il ne pose pas de questions et lui resserre un vers lorsque le quatrième est fini.

Mais au fil des gorgées, la chaleur s'empare de son coté sale, lui tapant petit à petit sur les nerfs. Il se leva, laissant le barman nettoyer les verres, se dirigeant vers les toilettes afin de se rafraichir. Vu l'heure et le peu de clients présents, personne ne viendrait l'embêter. Alors il posa son masque, laissant l'eau couler sur ses mains en remplissant lentement l'évier. L'eau glacée coula sur sa peau faciale, le relaxant d'un coté mais lui faisant vivre l'enfer de l'autre. Al' a beau y être habitué, la douleur est toujours présente, lui rappelant tous les jours ce qu'il est.

Le regard sombre planté dans celui de son reflet, Alistair ne prêta pas attention à la personne qui était visiblement entrée. Vu le manque de réaction, elle n'avait probablement rien vu. Il porta sa main à sa partie blessée, se remémorant le moment où sa vie bascula. Puis, presque en même temps, la personne derrière lui se manifesta enfin, ayant vu ce visage de monstre. Réaction logique que de reculer et de rester figé en voyant cela. Personne de normal se dirait "oh bah ça arrive ce genre de chose".

Dans un geste lent, Alistair remis son masque se tournant vers le jeune homme apeuré pour le rassurer. D'un demi sourire courtois et d'une voix qui se veux rassurante, il commença à parler tout en plantant ses yeux dans ceux, émeraudes, du garçon, s'enlevant un doute.

-Il n'y a pas de mal, c'est sûr que ce n'est pas courant ce genre de... spectacle. Désolé du désagrément, laissez moi don vous payer un verre, je vous attend au bar.

Sans attendre de quelconque réponse, Alistair fit volte-face et retourna au bar. Deux options étaient en vue, soit il partait fissa, soit il acceptait le verre, et ce faisant, Alistair pourrait détendre l'atmosphère en gardant un client pour le merveilleux bar dans lequel il vidait son esprit dans l'alcool. Il s'assit et recommanda un verre, attendant que la suite des événements ne se fasse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 79
Date d'inscription : 29/08/2016
Mar 16 Mai - 17:39

C'est pas humain ...

« Il faut y croire pour y donner vie » • Confucius


Kaël
Mutant
Rencontre

Ouais, pas que j’sois un grand sensible ou que j’aie jamais vu de film d’horreur. Bon dans un sens se serait mentir que de raconter avoir déjà vu des films d’horreur. Ouais ben c’est pas mon style, on va quand même pas en faire un fromage ! Bref, tout ça pour dire, que non, je n’aurais jamais pensé faire face à un semi-visage ne serait-ce qu’une demi fois dans ma vie. En fait, c’est le genre de chose que vous ressentez au plus profond. Tu sais, cette fraction de seconde où tu réalises que putain, t’es entré dans l’un de ces films où la fille marche à quatre pattes, les coudes et les genoux pliés dans le mauvais sens.

C’est exactement ça. Cette sensation horrifiante de ce moment où tu te rends compte que cette fois ça y est, tu vas crever là parce que t’as jamais eu le courage des héros à la télé. Parce que non, ce n’est pas moi qui aurais le réflexe d’arracher un tuyau du mur pour faire face à la créature monstrueuse qui me regarde en se léchant les babines. Non, ce n’est pas moi qui soudainement me rappellerais avoir fait quinze années de sport de combat et être en mesure de terrasser le monstre satanique avant qu’il ne fasse du mal à quiconque. Et pire que ça, je serais capable de sacrifier femme et enfant pour survivre …

Mais contrairement à ces films d’horreur où le pauv’ gosse sans courage meurt en premier pour que le héros ait de quoi se lamenter, et surtout une raison de haïr les méchants assez fort pour les combattre jusqu’à la fin du long-métrage, le gars en face de moi qui devrait faire office d’être sanguinaire pose sa main sur un masque qu’il pose paisiblement sur son visage. Ses gestes sont lents, réfléchis, comme s’il essayait de ne pas effrayer le chien perdu que je représente probablement aujourd’hui. Je le fixe toujours, de mes yeux écarquillés et paniqués, alors que lui semble d’un calme olympien, presque résigné.

- Il n'y a pas de mal, c'est sûr que ce n'est pas courant ce genre de... spectacle. Désolé du désagrément, laissez moi don vous payer un verre, je vous attend au bar.

Je reste abasourdi. Non seulement il n’essaie ni de me tuer, ni de me bouffer les entrailles, mais en plus il s’excuse pour le … spectacle ? Et pour couronner le tout, voilà que le type propose carrément de m’offrir un verre. Je fixe son dos alors qu’il quitte déjà les lieux, et je me demande si je serais sain d’esprit en acceptant son invitation. Tout être humain normal et d’autant plus un étudiant mineur sans aucune famille, aurait simplement fuit les lieux le plus vite possible. Mais, à contrario de ces-dits humains normaux, je prends quelques secondes pour me remettre et je rejoins finalement l’homme au bar.

J’ai encore du mal à effacer l’image de mon esprit et malheureusement, le fait d’apercevoir son masque en me dirigeant vers lui ne m’aide pas davantage. Au contraire je parviens presque à retracer les traits de chair malgré le tissu qui les renferme. J’inspire un grand coup avant d’arriver complètement à côté de lui, et je détourne le regard d’un air gêné. Est-ce que je devrais consulter un psy’ pour le restant de mes jours à cause d’un traumatisme psychologique qu’aura déclenché cette vision d’horreur ? Est-ce que le type veut me faire oublier ça en me noyant d’alcool sans même savoir mon âge ? J’expire difficilement.

- Je suis désolé, je ne voulais pas paraître impoli …

C’est que vraiment monsieur, vous avez une sale gueule. Mais dans le genre puissance mille, ‘voyez ? Le genre que vous avez carrément raison de cacher, et que vous devriez faire réparer mais qu’aucun chirurgien aussi compétent soit-il ne pourrait réellement remettre en état. Pauvre type, j’en viens à éprouver de la pitié malgré l’horreur qu’il m’a fait ressentir au moment de croiser son regard. Ou ce qu’il en restait en tout cas …

Revenir en haut Aller en bas
Besoin d'un remontant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Besoin en nourriture d'une monture.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RP :: Archives RPs-
Sauter vers: