Revenir en haut Aller en bas

Boîte à rumeurs

Il paraîtrait que la nouvelle prof de "tolérance" aie des tendances cannibales... - Lamavoyeur

On dit que la première du classement de l'Académie n'a pas eu un seul ami pendant tout son cursus... - Lamavoyeur

Eh les gars ! J'ai entendu dire que Ritsu aurait dit à Zack que Kelya aurait des vues sur Skye mais qu'elle aime trop le fouet de Alistair pour oser déclarer sa flamme à l'élue de son c*l - Anonymousse

Plop? Apparemment les disputes de couple se font de plus en plus fréquentes dans le placard de Caym et Adriel...

Un potin?

à adopter de toute urgence !

Shadow city news

« Suite à l'attentat perpétré sur la personne de Charles Emmett, le délégué de la commission nationale de Recherche et Développement, pendant la démonstration des nouvelles technologies conçues pour amener la paix et la sécurité à Shadow City, les autorités n'ont pas encore présenté de coupable. Selon nos sources, il pourrait s'agir d'un acte terroriste pro-maudit non revendiqué. »

Top sites

©linus pour Epicode

 :: Hors RP :: Archives RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

If you know what I mean... | Will

avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Jeu 20 Avr - 15:52

Reyha E. Azarov & Will Carter449 mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


Aujourd'hui, la pionne avait simplement décidé de sortir se promener pour se vider la tête. Elle allait mieux ces temps-ci. Pas d’altercation bizarre, pas de rencontre étrange. Le calme plat. Elle avait même ralentit sa consommation de nicotine. Enfin, elle se sentait presque normal, dans la peau d'une jeune femme normale - bon dans celle d'une belle gosse mutante normale -, mais il suffisait d'un regard de travers pour qu'elle comprenne que "non, tu n'es pas normal meuf, et tant mieux d'ailleurs".

Ses mains glissèrent dans les poches de sa veste en cuir, alors que son regard se perdait dans la foule. Plutôt calme la ville aujourd'hui. A cause du temps? Bof, il faisait gris, avec un peu de vent mais sans plus. Pas de quoi alerter qui que ce soit. De toute manière, le globe entourant les bâtiments décidaient aléatoirement du temps.
Son portable vibra, et la punk le sortit en le faisant tourner entre son index et son pouce, au moment où un cri traversait la place.

Son regard glissa vaguement vers l'origine du cri. La foule surprise lâchait quelques regards à la scène, sans pourtant s'arrêter net. Le bruit était tellement envahissant qu'elle ne fit pas attention aux murmures dans sa tête qui s'était transformé en vrombissement.
Mais instinctivement, elle se rapprocha de la gamine par terre. Enfin gamine, la blonde devait bien avoir dix-neuf balais, mais avec la couche de maquillage qu'elle arborait, on pouvait la vieillir de quelques années. Reyha s'accroupit à côté d'elle et lui prit la main pour la relever doucement. Ces mèches blondes lui parlaient, elle devait certainement être dans son internat. Et vu le regard qu'elle lui lançait, c'était certainement le cas. Bon, la rasée allait simplement éviter de dire son nom pour ne pas se tromper.

- Bah qu'est-ce que tu fous par terre toi?

La demoiselle se releva avec son aide en lançant un regard mauvais à un grand type derrière elle. Type qui soit dit en passant s'en foutait totalement des deux jeunes femmes.

- C'est ce bâtard, il m'a poussé! Je vais lui faire la peau! Cria-t-elle en s'écartant de la pionne pour se rapprocher dangereusement du mastodonte de deux têtes de plus qu'elle.

Reyha grinça des dents en voyant les ennuis arriver, et attrapa le poignet de la blonde, à la seconde même où le coup partait. Et merde, elle n'avait pas encore regarder l'homme en face, mais juste un bref coup d'oeil lui indiquait que ce n'était pas le genre à se laisser malmené par une demi-portion.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 23
Localisation : On the Earth
Jeu 27 Avr - 14:51
Quoi de mieux que d’aller se siffler un ou deux verres au centre-ville, quand ma journée a commencé assez mal pour me foutre de mauvaise humeur ? Je marche à travers les passants sans leur accorder un regard, bien décidé à tracer ma route sans me faire intercepter par qui que ce soit. Le mutant sans mutation n’a aucune envie de déblatérer aujourd’hui sur une quelconque force surhumaine ou ne serait-ce que la moindre hyper-vitesse que ce soit. Je bouscule un homme en passant devant une boutique, mais l’ignore complètement lorsqu’il râle en constatant à mon âge mon éducation douteuse.

Lorsque j’arrive au centre de la place, les murmures habituels se font plus sourds, plus dérangeants. Que faire lorsqu’on habite avec des gnomes imaginaires depuis sa tendre enfance ? Consulter ? J’aurais peut-être dû à l’époque. On m’aurait alors peut-être soigné d’une quelconque schizophrénie. Mais j’ai préféré passer outre, me taire et ignorer les p’tites voix dans ma tête pour ne surtout rien ajouter d’inhumain à mes yeux de reptile. J’avais bien assez de ça pour attirer les regards et la curiosité, ou le dégoût et les inimitiés lorsque j’étais môme. Et si à l’époque ça aurait pu me blesser, aujourd’hui je m’en cogne.

J’observe le monde qui se tasse et j’essaie de me concentrer sur les cris qui fusent sur la place. Je cherche du regard pour tenter de localiser la responsable de cette voix stridente, mais les murmures dans ma tête me filent une migraine que je n’avais jamais eu jusque-là. Je plisse les yeux pour essayer de me concentrer sur autre chose, je me masse finalement les tempes en signe de capitulation mais je continue d’avancer vers l’origine des beuglements à mesure que ma migraine empire. Cette sale gosse avec sa voix de crécelle va m’entendre, à me déclencher des maux de crâne pareils !

Et lorsque j’aperçois les deux, non trois protagonistes, j’avoue être étonné de retrouver encore la même gonzesse sur mon chemin. La miss au crâne rasé ne m’a pas vu, mais moi je ne la quitte plus des yeux. Toujours là quand j’ai la migraine, celle-là. Pauv’ gourdes. Je toise l’autre blondasse d’un air mauvais mais me laisse surprendre comme tous les autres, par le coup qu’elle envoie à un type deux fois plus grand qu’elle. Je hausse un sourcil alors que le mec se retourne en grognant, et j’observe la scène comme un vautour attend de ramasser les meilleurs morceaux.

_________________
Fuck Everybody
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Lun 8 Mai - 19:53

Reyha E. Azarov & Will Carter422 mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


Reyha avait vraiment l'impression d'être une baby-sitter. Elle avait signé pour être surveillante dans une académie, pas pour empêcher des bastons entre les gosses à longueur de temps. Déjà à la dernière commémoration, elle avait eu le droit de courir après Jizara qui faisait la ninja sur les toits, assistée par Kelya et Skye. P'tain, et l'autre gosse - Zack, un truc comme ça - qui était totalement pommée. Ça n'avait pas été son jour, mais là c'était ni son année, ni sa vie d'ailleurs. Fuck.

Pauv’ gourdes. Ah, elle sentait le mal de crâne poindre à l'horizon. C'était comme la dernière fois. A croire que les murmures voulaient absolument lui faire perdre la tête, avec l'option "mauvaise humeur" en prime. Mais ce qu'elle n'avait pas calculé, c'est que le coup de la blondasse qu'elle tentait de retenir toucha son but. Et que le grand monsieur s'apprêtait à répondre. Par réflexe, Rey' tira son élève en arrière, se plaçant entre l'armoire à glace et elle en tendant les mains en avant:- Excusez la, elle n'est pas au meilleur de sa forme en ce moment. Excuse de merde? Oui, mais ça ne faisait pas de mal. Je suis responsable d'elle, alors si vous pouviez...

- Responsable d'elle? Tant mieux.

Immédiatement après, la punk roula par terre, une douleur cuisante sur la pommette alors que le sang battait ses tempes. Bordel. Elle n'avait pas vu le coup partir, et sous le choc, la blonde recula, avant de se barrer en courant. Connasse.

La pionne prit quelques secondes à réaliser ce qu'il venait de se passer. Les gens étaient plutôt gérables d'habitude, lorsqu'on leur présentait des excuses. Elle commençait à sentir ses tripes bouillir, et le ricanement gras qui atteignit ses oreilles ne la ravit pas. Aucune parcelle de son être n'accepterait plus longtemps de rester dans cette attitude soumise. Alors sa tête se releva brutalement, son oeil émeraude se fixant sur le visage ingrat, alors que le reste de son faciès demeurait cacher par ses mèches colorés. Une émotion dévorante s'imprégna de son sang, alors que ses tripes se mettaient à bouillir et que ses pupilles s'affinaient encore davantage.

La mutante bondit, balançant une balayette dans les jambes de l'adulte, avant de bloquer ses bras avec ses jambes, le temps que ses phalanges viennent s'écraser contre la mâchoire qui craqua lugubrement. T'vas morfler, déchet.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 23
Localisation : On the Earth
Mar 16 Mai - 17:14
Crâne rasé s’avance immédiatement pour se placer entre l’armoire à glace et la gamine dont elle s’annonce responsable. Mère si jeune ? P’têt’ une grande sœur devenue remplaçante des parents avant l’heure. Quoi qu’aucune ressemblance ne semble les lier, d’autant plus que la blondinette se fait rapidement la malle en laissant derrière elle sa sauveuse. Juste le temps de voir crâne rasé s’étaler au sol et une fureur sans nom s’empare de moi. Un instinct de protection exacerbé ? L’irritation provoquée par le viol d’une quelconque valeur que j’aurais eu ? Pourtant non. Mais je suis emprunt à une colère sourde.

Dans la même seconde, crâne rasé s’élance sur le type et je fais deux pas en avant, m’écartant de la foule pour entrer dans le cercle qui s’est formé autour des artistes du jour. L’instant d’après je reprends mes esprits et je me demande quand et comment je suis arrivé jusque-là, si près du centre d’attention et si loin de l’objectif simple que je m’étais fixé en venant ici. L’attention du gars se déporte une seconde sur moi, mais elle le tient fermement et concentré ou pas, il va prendre une sacrée volée. Je me racle nerveusement la gorge et je sais qu’il est déjà trop tard pour me contenter de faire demi-tour et filer.

- T’es sûre qu’il en vaut la peine ? Les flics vont pas tarder à rappliquer, là.

Y’a un truc chez elle. J’sais pas trop si c’est sa sauvagerie animale ou sa gueule de garçon manqué, mais quelque chose me pousse à attendre qu’elle daigne enfin le lâcher. Je lâche un grognement quand un nouveau coup résonne sur le visage du sale type mais à aucun moment je ne détourne le regard. Ce n’est pas ce genre de scène qui va me faire baisser les yeux.

- S’tu continues j’vais m’sentir obligé d’m’emmêler, alors bon.

Au loin j’entends les sirènes qui gueulent et des pas précipités qui approchent de la foule pourtant bruyante. Bouges ton derche, putain … Je continue de la fixer du regard, comme pour tenter de la convaincre en silence. Je n’ai pas la moindre idée de ce qui pourrait la pousser à m’écouter ou à me suivre, mais je suis certain d’une chose, c’est qu’on a intérêt à s’tirer vite fait.

_________________
Fuck Everybody
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Dim 18 Juin - 16:00

Reyha E. Azarov & Will Carter432 mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


- T’es sûre qu’il en vaut la peine ? Les flics vont pas tarder à rappliquer, là.

La brune stoppa son bras en l'air à la voix qui lui semblait familière, et lointaine à la fois. Son regard ne quitta pas la mâchoire meurtrit de l'odieux individu. Son poing se serre, et ses phalanges baguées s'encastrent une ultime fois dans son visage, cognant la mâchoire et la tempe d'une droite bien sentie.

- S’tu continues j’vais m’sentir obligé d’m’emmêler, alors bon.

Elle avait vaguement entendu quelqu'un déglutir, deux ou trois grognements de douleur mental. Rien de bien méchant. Mais revenant à la réalité, la brune secoua sa main en se relevant. Elle s'était au moins foulé un doigt avec ça. Quelle emmerde. Bouges ton derche, putain … Sa tête se balance sur la droite, tentant de faire craquer son cou à la manière d'un serpent. Ta gueule. Désagréable sensation, mais curieuse néanmoins. Elle n'avait jamais entendu complètement les mots, et depuis ceux-ci venaient d'eux mêmes.
Le regard perçant braqué entre ses omoplates la fit remuer également. Reyha entendait de là le fracas des policiers qui arrivaient en masse. Elle n'était pas une fugitive, mais elle avait autre chose à faire. Et elle ne voulait pas causer plus d'ennuis à l'école.

Ses yeux vairons croisèrent les prunelles acier de l'armoire à glace à côté d'elle. Bizarrement, à part l'emmener avec elle, elle ne voyait pas trop quoi faire d'autre. C'est naturellement qu'elle attrapa son poignet pour s'écarter de la foule, glissant rapidement dans des petites ruelles tortueuses, avant de s'arrêter au bout de dix minutes de marche accélérée.
La peau dure de "l'inconnu" lui avait paru familière, le bruit de sa respiration, et le fait qu'il ne dise mot pendant tout le trajet. Finalement, elle le lâcha, tentant de savoir où elle s'était arrêtée. Il fallait qu'elle regagne rapidement l'académie, pour vérifier que son élève était rentrée, et sauve.

- Désolé. Lâcha-t-elle en se retournant vers le brun avant de s'arrêter de parler.

En tant normal elle aurait fait un blague, mais là, la situation la mettait à la fois mal-à-l'aise et... et rien. Si son visage demeurait imperturbable, son cerveau bipait bizarrement, de la même sonorité qu'un cardiogramme en manque de pulsation cardiaque. Ok, ok... la pionne devenait simplement barge, et l'autre n'avait rien dû comprendre à sa vie. En même temps, il n'avait qu'à pas lui adresser la parole.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 23
Localisation : On the Earth
Lun 3 Juil - 15:35
L’une des voix dans ma tête, m’intime de la boucler. Bah trop tard, je lui ai déjà demandé de bouger. Me barrer maintenant, sans prévenir, alors que je l’ai attendu et qu’elle semble enfin encline à m’écouter ? Quelque chose de plus fort que mes voix m’intime de rester, de patienter encore. Elle se détache finalement de sa victime –aussi étonnant que ça puisse paraître vu la différence de gabarit- et se rapproche pour se retrouver à côté de moi. L’espace d’un instant, sa proximité me semble si familière que je pourrais presque l’appeler par son prénom. Mais je garde le silence, j’attends qu’elle bouge.

Et elle le fait. Au lieu de se barrer en traitre comme sa copine l’a fait plus tôt, la brune m’attrape le poignet, m’emporte avec elle. Donnes-toi tous les honneurs, te gêne pas ! Comme si c’était moi l’fugitif ! Pourtant je trace derrière elle comme si j’étais son complice, alors que je n’ai rien à voir avec toutes les emmerdes qu’elle s’est causé sur la chaussée. Mais je n’sais pas, mes pas résonnent à l’unisson avec les siens, et la sensation de m’enfuir avec elle est comme … revigorante. Presque amusante, en fait. J’ai l’impression de cavaler avec un vieux pote, comme si on se connaissait depuis des années.

Et puis, la course poursuite prend fin, la gonzesse se stoppe et le contact de ses doigts contre ma peau n’est plus qu’un souvenir pourtant gravé dans ma mémoire. Elle ne me porte pas plus d’attention que si j’avais été un sac à se traîner sur la route. Elle semble chercher quelque chose autour de nous. Est-ce qu’on aurait pu être suivi par les flics ? Avec la foule, impossible qu’ils nous aient repérés si facilement. Le temps de ramasser l’armoire à glace et de lui faire cracher le morceau, on était sûrement déjà trop loin pour eux. Je me masse la nuque, dérangé par la situation. J’observe son dos, interdit et silencieux.

- Désolé.

- Désolé d’quoi ? C’pas moi qu’t’as cogné.

Puis c’tait une belle droite. J’affiche un sourire à son adresse. Vrai que j’aurais pas dû intervenir, que j’aurais dû la laisser se démerder. Mais le spectacle était plutôt marrant. Et c’était d’autant plus drôle de la voir cogner l’autre gars, qu’il était persuadé d’avoir « juste » à faire à une gonzesse. Pourtant il aurait dû se méfier. Aucune miss de Paris ne se rase la moitié de la tête sans avoir plus de couilles que n’importe quel homme sur terre. Alors la voir prendre la défense de l’autre aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Perso’ j’aurais pas cherché la merde si ça avait été moi, sur ce trottoir. Hm … Quoi que …

_________________
Fuck Everybody
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Lun 3 Juil - 17:51

Reyha E. Azarov & Will Carter342 mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


Donnes-toi tous les honneurs, te gêne pas ! Comme si c’était moi l’fugitif !. La brune décida de ne pas faire attention aux paroles du brun. Elle s'excuserait plus tard. Si elle avait remarqué que la voix venait de sous son crâne? Non, absolument pas, après tout l'inconnu était très proche d'elle, un murmure aurait eu la même sonorité.
Lorsqu'elle s'excusa, l'armoire à glace se contenta d'esquisser un sourire en enfonçant ses mains dans ses poches, surement pour éviter que la folle dingue l'attrape de nouveau pour le trimbaler un peu partout. Rah, la débilité profonde était une vieille et honteuse amie.

- Désolé d’quoi ? C’pas moi qu’t’as cogné.

Puis c’tait une belle droite. A la remarque, la pionne esquissa un sourire en coin, bien qu'elle remarqua le léger changement de ton entre la première réplique, et la deuxième.
Sa main glissa entre ses mèches colorées pour les remettre vaguement en place, avant de s'adosser par réflexe à un mur.

- Merci, c'vrai que j'suis plutôt fière de mes droites.

Un petit rire lui échappa, avant que son regard ne cherche celui du brun. Plutôt pas mal, grand, musclé, un regard ténébreux et brûlant, une mâchoire dure. De quoi plaire à toutes les femmes qui ne craquaient pas sur les gamins maigres qui faisaient attention à leurs cheveux. C'était ce genre de mecs qui lui plaisaient, bien qu'elle se savait une préférence pour les demoiselles. Et ouais, quand on aime avoir le dessus, rien de tel qu'avoir plus de force que l'autre.
En tout cas, c'était sympa d'me réveiller.

- Merci d'm'avoir fait bouger. J'aurais été dans la merde si on m'avait attrapé. Avec mon taff, je risquais d'avoir des problèmes. Je m'appelle Reyha E. Azarov, je bosse comme surveillante à l'académie Castlemist.

Automatiquement sa main se tendit, alors que l'autre lui lançait un regard étrange qui lui fit pencher la tête.

- Un problème?


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 23
Localisation : On the Earth
Lun 17 Juil - 9:48
J’ai rarement anticipé mes rencontres, et lorsque je l’ai fait c’était pour casser la gueule à des gens ou pour me refourguer quelques trucs pas très légaux. Et si j’avais dû anticiper de la rencontrer elle, ben je l’aurais probablement fuit si je ne l’avais pas d’abord vue à l’œuvre. Parce qu’elle a le look de celle qui veut attirer l’attention mais qui une fois face à vous, va vous envoyer chier le plus proprement du monde. Parce, concrètement, elle a une tête à faire peur. Pas qu’elle m’impressionne, mais il y a quelque chose chez elle que j’aurais essayé d’éviter à tout prix. Pourtant j’éprouve le besoin de rester là.

Je l’observe alors que de sa démarche nonchalante elle s’apprête à me foutre le plus gros coup de poing dans l’estomac que j’aie jamais reçu. Elle semble différente des autres. Pas comme une fille que j’aurais envie de sauter, mais comme une gonzesse que j’ai envie de connaître. Pourtant moi les gens, je n’éprouve jamais l’envie de les connaître. Alors qu’est-ce qui fait que lorsque je la regarde, quelque chose me dit que j’ai beaucoup gagné à la rencontrer aujourd’hui ? Pourquoi ma conscience me hurle de rester, de ne surtout pas partir maintenant ? Qu’est-ce qui me promet que le meilleur est à venir ?

- Merci, c’vrai que j’suis plutôt fière de mes droites.

J’écarquille les yeux l’espace d’un instant, la fixant comme si elle débarquait d’une autre planète. Est-ce qu’elle vient de me remercier ? Pour un compliment que je ne lui ai pas fait ? Je reste silencieux, interdit, complètement sur le cul, à vrai dire. Je me ressaisis, secoue vigoureusement la tête pour chasser ces idées stupides de ma tête. Comme si je n’avais pas assez de p’tites voix de taré, manquerait plus qu’une nana se mette à lire dans mes pensées. Elle aurait de quoi faire, tu m’dira. Avec le monde qu’il y a là-dedans, elle pourrait se mettre à écrire un bouquin qu’elle manquerait pas d’inspiration.

Pourtant, même si je m’efforce de me convaincre que j’ai dû parler tout haut en pensant causer dans ma tête, quelque chose me dit de me méfier. J’étais vraiment persuadé d’avoir juste pensé … Je continue de la dévisager comme si je l’écoutais causer, mais la vérité c’est que je me pose sérieusement la question. Si je me mets à croire que les gens lisent dans ma tête, il va falloir que j’envisage sérieusement de me faire interner le plus vite possible. Je vais finir par tuer quelqu’un et ne plus m’en rappeler, à ce rythme-là. Je soupire, me passe une main sur le visage pour essayer de chasser mes idées.

- Un problème ?

Elle me fixe dans les yeux comme si j’étais fou. Et au fond, je crois bien que je l’suis. Test, test … Tu m’entends ? Je la fixe sans parler, mais je m’attends au silence pesant de celui qui se fait des films. En fait, son silence me permettra d’être certain que je suis fou, et alors je pourrais me rassurer, me dire que ce n’était littéralement que dans ma tête. En fait, je crois que je préférerais ça. Parce que, l’espace de ce moment de silence, je commence à croire que mes petites voix ne sont peut-être pas que des petites voix … Je me concentre sur son visage, et elle doit me prendre pour un malade à la regarder comme ça.

_________________
Fuck Everybody
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Mar 18 Juil - 18:44

Reyha E. Azarov & Will Carter367 mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


L'armoire à glace au nom toujours inconnu resta à la fixer comme si il lui était poussé un deuxième tête. De quoi mettre mal à l'aise n'importe qui. Fort heureusement, Reyha n'étant pas n'importe qui, son premier réflexe fut de claquer des doigts devant ses yeux - enfin essayer. C'est qu'il est vachement grand quand même -.

- T'es mort machin?

Silence total. No réponse, no contact, no tout.
Un instant, la punk songea que son âme s'était simplement envolée. Il bug? P't'être qu'un coup dans les nuts le réveillerait? Son regard vairon glissa jusqu'au pantalon du brun, en plein réflexion, juste avant qu'il ne se décide à donner un signe de vie.
Test, test … Tu m’entends ? Les yeux de Reyha roulèrent dans leur orbite respective - ça aurait été bizarre sinon - avant qu'elle n'acquiesce, agacée d'être toujours dans l'ignorance.

- Bien sûr que j't'entends. T'viens de parler. T'as une langue, moi des oreilles, jusque là tout va bien.

Puis elle s'interrompit. La pionne peinait à mettre le doigt sur ce qui la dérangeait. Mais devant le regard choqué de son homologue, elle saisit le problème, en reculant de quelques pas. La télépathie. Elle était télépathe. Ou alors elle lisait juste dans les pensées. C'était ça sa mutation !
Ses sourcils se froncèrent alors que son cerveau commençait à tourner à cent à l'heure. Ca voudrait dire que les voix dans sa tête, c'était des gens qu'elle entendait autour d'elle? Pourtant c'était quasiment toujours les mêmes tons de murmures, de chuchotements... Quoiqu'il en soit, l'homme avait l'air tellement traumatisé que la punk décida de reculer.

- C'est bizarre. Hum, ma mutation j'imagine. C'est la première fois qu'elle se manifeste. Mais on s'en fout, encore désolé pour tout à l'heure, salut... machin. Lâcha-t-elle avant de partir d'un pas rapide dans la direction opposée à celle d'où il venait. Cette journée avait été éprouvante et cette révélation... carrément chelou. Elle devait en parler à son frère.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 23
Localisation : On the Earth
Dim 17 Sep - 19:55
Toute mon enfance, je me suis demandé pourquoi j’avais les pupilles aussi étranges que ces autres gosses alors que je n’avais développé aucun donc particulier. A l’époque j’ai découvert le mensonge et j’ai alors trouvé le moyen de devenir un pro’ en la matière. Comme pour me protéger des vrais mutants, en quelque sorte. Parce que ces mecs qui se faisaient pousser un autre membre sur le corps et ceux qui pouvaient insinuer des pensées en moi me faisaient flipper, et d’autant plus que je n’avais aucun moyen de me défendre contrairement à ce que mes yeux faisaient croire. Mais les temps changent.

Je lance à la gonzesse un regard inquisiteur, mais elle répond du tac au tac, comme si tout était d’une logique implacable. Pourtant cette fois, j’en suis certain, je n’ai pas ouvert la bouche. Elle comprend rapidement que quelque chose cloche au vue de la gueule que je tire, et finalement laisse entendre que peut-être il s’agit de son don. Oui mais alors, pourquoi moi, j’ai entendu quelque chose sans qu’elle ouvre la bouche ? Je me passe une main sur les lèvres, comme si pour une fois j’étais juste un ahuri sans aucune intelligence. Elle doit d’ailleurs me prendre pour tel, puisqu’elle commence à partir.

- Attends ! Juste pour être sûr, penses un truc.

Je la fixe avec détermination. Je veux essayer d’entendre quelque chose. N’importe quoi qui me prouverait que je ne suis finalement pas si fou que ça, même si l’idée serait probablement plus rassurante que celle de communiquer en pensées avec une nana que je n’ai jamais vu de ma vie. D’autant plus qu’on a visiblement pas les mêmes rythmes de vie, elle et moi. Elle a davantage la gueule d’une dépravée qui sillonne les trous perdus alors que moi, ben j’ai un boulot respectable et je fais du sport pour prendre soin de mon corps, quoi … Je continue de la fixer, la suppliant du regard.

_________________
Fuck Everybody
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Dim 17 Sep - 22:43

Reyha E. Azarov & Will Carter263 mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


Bon, pour l'instant sa seule envie était de se barrer vite fait bien fait. Fissa, comme dirait certains de ses élèves. C'est que l'envie de papoter avec son p'tit frère se faisait de plus en plus pressante à mesure que les secondes filaient dans le tic-tac mécanique des cadrans dorés de sa montre. Mais alors qu'elle tentait de s'éloigner pour creuser un peu cette nouvelle partie d'elle qu'elle ne connaissait visiblement pas - ce qui était problématique après plus de vingt ans d'existence -, l'armoire à glace interrompit sa pseudo-fuite:

- Attends ! Juste pour être sûr, penses un truc.

Un gros blanc dans sa tête. Bon... C'était le plus chiant ça. Certainement moins chiant que d'essayer de ne penser à rien mais... Les coccinelles sont des coléoptères. Ok, y avait mieux comme phrase d'accroche.

- Hum, ça serait encore plus bizarre que tu m'entendes tu sais? 'Fin bon. J'dois en parler à quelqu'un,
so, je file.


D'autant plus que j'ai l'étrange impression de ressentir cet espèce de lien reliant mon poignet au tien. C'est très dérangeant. Ca me brûle en fait. Dès que je marche droit devant, ça me brûle.
La punk passa une main sur son côté rasé avant de triturer ses piercings par réflexe. Huuuun, nan définitivement c'était trop bizarre ce truc. Si ça se trouve c'était une mutation commune en mode "coup de foudre mdrlel". Non sérieusement, elle n'avait jamais entendu parler de ça encore...


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 23
Localisation : On the Earth
Mar 26 Sep - 20:16
Je m’attendais vraiment, mais alors vraiment, à ne rien entendre. Je pensais réellement qu’elle se contenterait d’attendre quelques secondes dans le plus grand silence, pour finalement me dire que je suis un gros con complètement fêlé. Au lieu de ça, j’entends la même voix que plus tôt, et d’ailleurs une voix qui m’est beaucoup trop familière pour que ce soit la première fois que je l’entends. Je retiens mon souffle sans la quitter des yeux, alors qu’elle a l’air d’être à des milliers de kilomètres de penser que je puisse ne serait-ce que deviner ce à quoi elle pense. Tiens, j’savais même pas …

Mais elle ne me laisse pas le temps d’en placer une ni d’argumenter à voix haute. Je crois même qu’elle fait fit de ce que je pense en réponse, parce qu’elle se détourne déjà de moi pour s’éloigner. En parler à quelqu’un ? Mais à qui ? Je la rattrape rapidement, attrape son bras comme en réflexe. Il ne faut pas qu’elle parte. Je ne sais pas pourquoi, mais il ne doit pas partir. Pas maintenant, pas déjà. Je la retourne vivement face à moi, avant d’apercevoir un regard noir me fixer sans ciller. L’espace d’un instant, je pourrais presque craindre sa réaction. Mais l’instinct qui hurle en moi, m’empêche de reculer.

- Attends ! En parler à qui ? Tu connais quelqu’un qui en sait plus sur … ça ?

J’ai le droit de savoir aussi. Le besoin, de connaître la raison qui nous pousse à nous entendre. Je ne peux pas croire qu’elle puisse avoir les réponses et moi non. Je suis tout autant dans le vague qu’elle, sur ce coup-là. Mais elle ne semble pas encline à accepter ma présence, et se dégage de mon étreinte que je n’ai pas pensé à desserrer. Je soupire sans la quitter des yeux, ne sachant plus que faire pour la retenir. Si je veux des réponses, m’est avis que je devrais les trouver moi-même, de mon côté. Mener mes propres recherches. Alors je la regarde s’éloigner sans un mot, parce que je n’ai plus rien à dire.

_________________
Fuck Everybody
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 18/02/2017
Localisation : DTC
Jeu 12 Oct - 14:11

Reyha E. Azarov & Will Carter133mots ▬ Reyha speak in red
If you know what I mean...


- Attend ! En parler à qui ? Tu connais quelqu’un qui en sait plus sur … ça ?

L'armoire à glace l'avait attrapé par le poignet, fermement, trop fermement en fait. Ce qui eut l'effet de lui faire lui lancer un regard noir, absolument pas voulu sur le coup. En fait, elle voulait juste rentrer chez elle pour blablater tranquillement avec son frère, rouler comme une merde par terre et se mettre en pls dans son coin pendant qu'il lui ferait à manger. Aaaah fuck off, en plus son contact la brûlait presque. Elle en frissonnait, avant d'arracher son bras à son emprise.

- Non.

Si ça a un rapport avec toi, j'te tiendrais au courant. Elle enfonça ses mains dans ses poches et fila rapidement.



J'archive o/

_________________


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
If you know what I mean... | Will
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RP :: Archives RPs-
Sauter vers: