Revenir en haut Aller en bas
Il paraîtrait que la nouvelle prof de "tolérance" aie des tendances cannibales... - Lamavoyeur

On dit que la première du classement de l'Académie n'a pas eu un seul ami pendant tout son cursus... - Lamavoyeur

Eh les gars ! J'ai entendu dire que Ritsu aurait dit à Zack que Kelya aurait des vues sur Skye mais qu'elle aime trop le fouet de Alistair pour oser déclarer sa flamme à l'élue de son c*l - Anonymousse

Une rumeur?
Top-sites



 :: Shadow's city :: Centre ville :: Place centrale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aujourd'hui je suis serveur [PV Caym]

avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 16/02/2017
Dim 14 Mai - 22:58


Tentons la bibli

La nuit fut longue, le sommeil avait tardé à venir, et Adriel était simplement resté là, allonger sur son lit, les bras autour du corps chaud de Caym. À croire que le monde s’était mis à tourner à l’envers, lui qui n’avait rêvé que de l’éventrer et de voir ce qui se passerait en lui faisant manger tout ce qui pourrait tomber de ça … et bien, il avait passé la nuit à le tenir contre lui et à le câliner.

Tant et si bien, que le blond s’était endormi très tôt le matin, et il avait failli rater son réveil, indiquant l’heure de son départ pour le travail. Bien qu’il ait douté que le brun la laisse partir si facilement, Adriel se faufila hors des draps, se saisit de ses affaires de toilettes et vêtements et parti pour se doucher et se préparer. Aujourd’hui, pas de cours, il allait donc travailler en ville, il jouerait encore une fois au serveur.

Fin prêt, l’étudiant quitta le dortoir et parti pour la ville, laissant son téléphone portable et son carnet dans la chambre, non, il n’était absolument pas perturbé par ce qu’il s’était passé… ça devait venir de la migraine atroce qu’il se traînait ce matin-là, ça ne pouvait rien être d’autre.

Enfin, il se rendit dans le café où il était embauché, passa sa tenue de serveur, et finit par se mettre au travail, d’abord laver les verres et tasses pour le service, puis attendant sagement le client qu’il devait accueillir avec un sourire, malgré la douleur, un vrai soldat.




A-Delta ©

_________________
Paroles
Pensées
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 12/03/2017
Jeu 18 Mai - 16:58
ft.
Libre
«Allons retrouver... »
Un beau serveur

Le réveil fut un peu difficile. Il fallait dire que mine de rien, je n'avais jamais si bien dormi, bercé en continu par un coeur sous mon oreille. Si j'avais su, j'aurais demandé un animal aux scientifiques à l'époque. Mais alors que j'ouvrais les yeux, je me savais seul dans le lit d'Adriel. Avec une lourde fièvre qui m'obligea à me lever pour vomir tout ce que je n'avais pas dans l'estomac.

Une heure plus tard, je me relevai de ma cuvette des toilettes et j'allais prendre une douche brûlante pour réellement me réveiller, l'esprit toujours à la déroute. Soigneusement couvert, je m'obligeai à me rendre à l'infirmerie où j'eus le droit au traitement médicamenteux dont j'avais besoin. Cependant, je refusais de rester dans ces lieux froids et stériles, comptant bien me réinstaller dans le lit du blond.

Après tout, pourquoi se gêner ?

Deux heures plus tard, je me réveillai, le corps un peu moins faible, le cerveau un peu moins abruti par mon état. Je notai alors distraitement, la tête sur l'oreiller de mon colocataire que son portable était là, sous mon nez. Et pas que... Depuis quand oubliait-il son carnet ? Il y faisait très attention depuis que j'avais osé le "cacher" pour avoir une conversation avec lui et là... J'eus un sourire presque cruel en comprenant qu'il avait sûrement eu beaucoup de mal ce matin à cause de ce qu'il s'était passé la veille. Alors comme cela, je lui avais fait tant d'effets qu'il laissait ses affaires traîner ? La tentation d'ouvrir le carnet, de fouiller dans le téléphone était bien là mais je me relevai pour mettre les deux éléments dans ma sacoche. Avec une lame au cas où.

Et je quittai l'enceinte de l'école. Je n'avais aucune idée d'où je devais aller, je n'avais aucune idée d'où je pourrais le trouver si ce n'était en ville parce que je savais qu'il cumulait les petits boulots. Oui, je savais quand même quelques trucs sur lui... Même si je ne le comprenais toujours pas. Je laissai donc mes oreilles me guidaient, une écharpe sur ma gorge. Enfin, je le trouvai... Un café, vraiment ? Je vins m'asseoir à l'une des tables, prêt à consommer. Il fallait bien que je mange de toute façon, pour prendre la suite de mon traitement.

J'attendis qu'il passe près de moi pour l'attraper par la manche et lui tendre une note avec un sourire en coin. Mais il verrait que je n'étais pas bien.

-Bonjour. Un café et un muffin, s'il te plait.

Tiens, il n'était pas bien lui aussi. A cause de son carnet et son portable ? Non, il savait bien où ils étaient normalement, pas de raison de craindre pour eux, non ? Sauf s'il pensait que j'allais les détruire... Ce qui me surprendrait. Je sortis les pilules que je devais avaler, les lui montra, façon de dire... "en aurais-tu besoin ?" Je lui tendis ensuite son portable et son carnet. Il valait mieux que je ne les garde pas trop longtemps. Le tout avec une note.

-J'ai pensé que tu en aurais besoin. Tu es mignon dans cette tenue.

Surtout du portable en vérité, je ne voyais pas trop quand il pourrait dessiner présentement...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 16/02/2017
Dim 21 Mai - 2:01


Tentons la bibli

La tache était habituelle, le blond furetait de table en table, souriant, offrant une merveilleuse prestation, il la connaissait si bien. Adriel s’approchait d’une table, il saluait poliment les habitués, leur tendait la carte, soulignant l’élégance, dont ils ne faisaient pas réellement preuve, et bien sûr, en bon commercial, il trouvait toujours un détail à complimenter sur chaque client. Puis, adaptait sa méthode aux clients face à lui.

Il revenait vite à une suggestion, commençant en général par du bas, pour une première, offrant l’option « moins chère », puis, lorsque celle-ci était refusée… et cela arrivait plus que fréquemment, les clients étaient habitués aux serveurs offrant directement l’offre la plus chère dès le départ… il passait immédiatement à la commande moyenne, plus chère et bien plus facile à faire passer lorsque la personne se sentait un peu idiote d’avoir refusé la première proposition.

Pour les habitués, il se contentait de proposer la formule qu’ils prenaient fréquemment, puis un jour, une fois de temps en temps, il proposait un petit « plus » que les personnes acceptaient généralement bien.

En réalité, il n’y avait rien de très compliqué dans le métier de porteur d’assiette, c'était à la fois prévisible, et ennuyeux. Enfin, quand un brun un tantinet sadique ne se mêlait pas à la fête…

Pas lui …

-Salut.

Difficile de faire semblant avec la cause de ses maux de tête.

-Bien sûr, un café noir ? Lait ? Et le muffin ?

Juste, noter la commande sur son petit calepin, rien d’autre. Le blond attendait de connaitre les goûts de son colocataire, se frappant intérieurement pour cette réflexion.

Rien à faire de ses goûts !

Il observa la plaquette de médocs et secoua la tête, le brun en avait de toute évidence un grand besoin, mais lui, ça allait, il était plus fort que ça, et ça n’était pas une nuit dans les bras d’un casse-pied qui allait le déranger.

-Merci…

Adriel prit délicatement son portable, le glissant dans une de ses poches, récupérant aussi son carnet, les joues légèrement plus roses. Dire qu’il avait oublié ça juste à cause de l’autre et de ses lubies.

-Pour la livraison.

Non, pas pour le reste.

Quelque part, ça l’arrangeait d’avoir tout récupéré, mais en même temps… difficile de remercier le brun, là, il ne savait plus trop s’il le détestait, ou s’il avait juste envie de ce barré une bonne fois pour tout de ce foutu guêpier ou on l’avait collé.


A-Delta ©

_________________
Paroles
Pensées
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 12/03/2017
Dim 21 Mai - 20:46
ft.
Libre
«Allons retrouver... »
Un beau serveur

Il ne semblait pas ravi de me voir. Sûrement à cause du mal de crâne dont je ne parvenais pas à totalement comprendre la cause. Son pouvoir agissait sur le mental, j'en était sûr. Je pensais à l'empathie mais je n'avais aucun moyen de le vérifier en ce moment et je devais avouer que ce n'était pas ce qui m'intéressait le plus. Bien que manipuler les émotions des gens à volonté, c'était juste... Il faudrait que j'y repense plus tard puisque je ne saurais être sûr de son don.

En attendant, il posa des questions pertinentes sur ma commande et rapidement, je répondis à cela. Enfin, rapidement... Aussi vite que je pouvais écrire bien entendu.

Un café noir, avec deux sucres. Et un muffin au chocolat. Oh, je veux bien une bouteille d'eau aussi, en plus. Pour prendre les médicaments.

Il refusa d'ailleurs une pilule pour faire passer sa migraine mais je ne cherchais pas à le pousser à la prendre. Il m'avait bien fait comprendre que le pousser à bout était toujours une mauvaise idée même si parfois cela donnait des résultats... Intéressants. J'aimais bien ce mot avec lui, intéressant. Surtout en ce moment.

Il accepta bien sûr ses affaires, le contraire m'aurait surpris d'ailleurs et une légère rougeur était apparu sur ses joues. Mais je n'étais pas sûr du pourquoi, après tout, il n'avait pas l'air si sensible que cela aux compliments, encore plus venant de moi. Donc, ça devait être l'oubli. Je retins un sourire malicieux et j'hochai la tête à son merci.

Ce n'est rien, je devais sortir de toute façon. Et au moins, je sais que tu vas à peu près bien malgré la nuit dernière...

Dans le sens où elle avait été étrange pour nous deux. Je sortis un autre bloc-notes qui me servait pour mes cours et autres petites choses et je fis tourner mon crayon entre mes doigts en analysant les alentours. Pollution de partout, les plantes paraissaient heureuses et en même temps au bord de l'asphyxie. Étrange spectacle que voilà... Je retins un soupir silencieux alors que j'avais enfin ma commande, une main sur le côté du crâne.

Merci. Je ne vais pas rester longtemps, je ne vais pas t'importuner sur ton lieu de travail. Juste une question : rentres-tu tard ce soir ?

Et je commençais par les médicaments pour la fièvre, presque aussi pâle qu'un mort alors que je vidais la bouteille d'eau. Et dire que c'était censé rendre plus mignon la fièvre, elle me faisait toujours passer pour un futur mort.

J'irai en forêt replanter les fleurs..


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 16/02/2017
Ven 26 Mai - 15:58


Tentons la bibli

Le brun appréciait donc les choses sucrées, son muffin au chocolat, et ses deux sucres, rien que ça suffisait à le laisser deviner, en même temps, du peu de temps ou le blond l’avait observé, il n’avait pas eu l’air bien du tout, d’une pâleur sans égale et fatigué malgré sa nuit plus longue que la sienne. Eh oui, en si peu de temps, il avait eus tant de noter ces choses, en même temps, avec le temps, il avait ce don depuis toujours, il était donc plus que naturel qu’il se soit habitué à noter rapidement les éléments les plus importants. Les quelques détails qu’on met généralement un moment à lire lui apparaissaient comme « naturellement très visibles ».

-Je t’apporte ça …

Le blond parti, déposa son carnet dans son sac rapidement avant de revenir pour prendre les commandes prêtes, les déposant aux tables qui les avaient réclamées, puis, il partit retrouver son colocataire, lui déposa sa commande sur la table, avec un « voilà », poli.

Comment, « malgré la nuit dernière », il ne s’était rien passé, ils avaient juste dormi sagement et au matin Adriel s’était lever et était parti, s’était absolument tout, rien d’autre, du tout.

-Je vais bien.

Très bien, même si la nuit d’avant aurait pu être évitée, pour son bien-être personnel … au moins celui de son esprit.

-Je n’en sais rien, je suppose, je travaille ici toute la journée.

Et pourquoi donner cette information, il n’était pas non plus son copain. Et ce mal de tête qui perdurait…

-Ah …


Pourquoi cette déception, s’était normale qu’ils ne se retrouvent pas au retour, totalement ridicule. Le blond parti prendre une commande, la porta à la table qui l’avait réclamé et contre toutes ses attentes, il revint au bras, se plaça devant lui.

-Sois prudent et tache de ne tuer personne.


Pas qu’il ait le moindre intérêt pour lui bien sûr, rien du genre, il espérait juste ne pas avoir à témoigner ou vider sa partie de la chambre, ce ne serait embêtant, rien d’autre.



A-Delta ©

_________________
Paroles
Pensées
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 12/03/2017
Sam 27 Mai - 17:51
ft.
Libre
«Allons retrouver... »
Un beau serveur

Oh, je ne doutais pas qu'il ferait son travail de serveur avec soin, ne serait-ce que pour gagner sa vie, tout simplement. Que ce soit moi ou un autre, il se devait d'être impartial. Même si je doutais qu'il ait tant envie de l'être avec moi puisqu'il... Puisqu'il quoi, au fait ? Je n'arrivais toujours pas à mettre de mots sur ce qu'il s'était passé hier soir. Il y avait eu trop d'émotions et j'avais l'impression qu'il ne m'avait pas tout dit, que quelque chose m'échapper. Et c'était bien pour cela que malgré mon état, je ne le quittais pas des yeux quand il était dans mon champ de vision.

Que me cachait-il encore ?

Qu'est-ce qui le perturbait le plus dans tout cela ?

J'avouais que j'aurais préféré être télépathe que posséder l'oreille absolue telle que je l'avais actuellement. Même si j'aimais entendre ses battements de cœur, la façon dont son souffle changeait légèrement, le froissement de ses vêtements contre sa peau. Le souci étant que je n'entendais pas que les détails venant de lui mais tout de ce qui m'entourait, comme d'habitude. Ça n'aidait pas à calmer ma fièvre mais en réalité, il n'y avait nulle part où je pourrais ne rien entendre.  

Merci. Mais je doute tout de même que tu ailles bien. C'était tout de même... intense hier soir.

Surtout pour deux êtres qui n'avaient jamais été touché plus que cela, de cette façon. Ou d'une autre quand il ne s'agit que de moi. J'avais l'impression d'encore sentir ses mains sur moi. Mais je ne lui ferais certainement pas savoir la chose. J'enregistrai le fait qu'il travaillerait donc toute la journée avec un signe de tête positif tout en me retenant de froncer les sourcils à son "ah". C'était comme si nous avions fait un virage à quatre-vingt dix degrés sans même que je le remarque. Je lui jetai un œil interrogateur en mâchonnant un bout de mon muffin.

Cependant, il était reparti, me laissant m'interroger de plus belle. Pour revenir me donner un conseil assez amusant au fond.

Cela ne devrait pas me prendre beaucoup de temps. Je viendrai te chercher. Quant à tuer quelqu'un,
ce sont les autres qui décident s'ils sont suicidaires ou non, pas moi.


J'esquissai un sourire en coin.

Tu me penses donc si violent ? C'est pourtant toi qui est parti les bastonner.

Et je me permis un rire muet en me levant. Je me permis un bisou sur sa joue et lui laissant un billet, je partis donc m'occuper de mes précieuses fleurs.

#######

Comme prévu, je revins mais bien avant la fin de la journée. Aux alentours de quinze heures trente, demandant un thé en attendant qu'il finisse son service, J'étais sous son nez et je le regardais s'agiter tout en lisant un livre sur la botanique terrienne. Tant de livres avaient été perdu, il fallait que je les trouve tous pour mieux réussir à sauver la Terre. Et pas seulement celle que nous avions quitté mais aussi celle où nous étions actuellement. Finalement, je posai mon livre en écrivant mes notes sur mon calepin.

Pour reposer les yeux sur Adriel.

Encore combien de temps ?

Je voulais fuir cette foule trop vivante pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 16/02/2017
Jeu 13 Juil - 23:15


Tentons la bibli

Et voilà, pile poil ce que le blond aurait voulu éviter pourquoi les gens se sentaient-ils toujours obliger à revenir sur les choses qui n’étaient pas insignifiantes. Qu’est-ce qui pourrait être plus simple que de faire comme si rien n’était arrivé, comme si la guerre pouvait juste, continuée.

-N’écris pas des choses si tendancieuses, je suis au travail.

Il serait facile d’imaginer des choses, et il n’était encore rien arriver de ce genre. D’ailleurs ça n’arriverait pas, pas question que ça arrive. Le blond aurait dû retourner promener entre les tables, ça lui aurait sans doute évité de se retrouver face à ce nouveau papier…

-Venir me chercher ?

Ce serait très gênant.

-Je sais comment rentrer, je le fais chaque fois que je sors.

Bien sûr les autres décidaient, mais sans le savoir, s’ils allaient oui ou non avoir envie de mourir, quoi de plus naturel que ça. Minute …

-Tu as déjà essayé de me tuer ?

La question pouvait largement être posée, ça paraissait plus que naturel, vu le nombre de leurs disputes et surtout le nombre de fois ou le brun aurait pu essayer de s’en défaire, rien ne saurait le convaincre que ça n’avait pas au moins traversé son esprit, pas une seule seconde. Au final, le brun quitta sa table, il partit s’acquitter de sa tâche alors que la journée se poursuivait.


######

Le soir venu, Caym revint comme i l’avait dit et de toute évidence, il comptait récupérer le blond en fin de service. A quoi pouvait bien servir la fuite, s’il se faisait si facilement rattraper par la veille.

Je vais remplacer un collègue, donc dégage.

- Je vais me changer.

Mais non ! Mes lèvres sont des traitresses.

Le blond parti rendre son tablier, récupéré ses pourboires du jour et redonner le blaser qu’il portait en tant que serveur. Puis il revint a son camarade de chambre, lui faisant signe d’y aller.

-Tu ne vas pas mieux je le vois, il est inutile de te forcer comme ça tu sais.





A-Delta ©

_________________
Paroles
Pensées
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 92
Date d'inscription : 12/03/2017
Dim 23 Juil - 17:04
ft.
Libre
«Allons retrouver... »
Un beau serveur

Je ne lui avais pas répondu quand il m'avait demandé si j'avais déjà tenté de le tuer. Avec un peu de bon sang, il se rendrait compte par lui-même que non seulement j'avais essayé mais que j'aurais pu rapidement réussir en laissant mon pouvoir faire de la bouillie de son cerveau. Donc, oui, j'allais le laisser y penser seul, comme un grand, sans moi dans ses activités salariales. Mais n'empêche, il était vraiment mignon dans ce costume de serveur... Je me sentais comme un vieux dégueulasse alors que je ne faisais rien de mal. Je savais ce qu'il y avait sous ses vêtements... Et je me donnais un coup de chaud tout seul, comme un abruti pervers.

Bref, toujours malade, comme je l'avais dit, je l'avais attendu, il m'avait vu. Adriel me semblait partagé bien que je ne savais pas en quoi, pourquoi. Remettait-il nos progrès en question ? J'espérais bien que non parce qu'il était bien assez complexe pour me donner mal à la tête. Or, j'avais besoin de toute ma tête quand j'étais confronté à lui, bien qu'une partie depuis la nuit dernière ne cessait de prendre soin de l'observer, de le décortiquer, voulant arracher tous les masques pour avoir le fin fond de l'âme du blond sous les yeux.

Bien sûr, il râla un peu que je sois venu mais j'avais l'impression qu'il ne disait pas tout ou qu'il se contredisait seul, dans sa tête. Il était difficile d'écrire en marchant si bien que je me saisis de mon smartphone pour lui écrire un message et lui tendit l'objet pour qu'il puisse lire ma réponse.

Sortir ne peut pas me faire de mal. Je me suis reposé en plus et je ne laisserai pas une maladie m'empêchait de rester avec toi.

Maintenant que je le relisais, je trouvai que cela faisait très amoureux. Ce qui m'embêtait considérablement. Je n'étais pas amoureux. J'étais intéressé. Il arrivait à éveiller ma curiosité aussi, il fallait bien que je m'occupe de ce fait puisqu'il n'était ni normal, ni habituel.

As-tu faim ? Je n'ai pas envie de manger dans l'école. Je paie

Leur nourriture n'était pas insipide mais les personnes présentes dans la cafétéria c'était autre chose. Il ne fallait pas non plus oublier le bruit, l'impolitesse, la bêtise de la foule qui se rassemblait là. Je continuai à marcher mais je changeai de trajectoire pour me diriger vers un restaurant tout cosy, où l'on serait tranquille. Notre future discussion s'annonçait difficile, de sorte que je savais qu'un lieu neutre pourrait nous aider. Et notre chambre n'avait tellement rien de neutre. Et puis pourquoi penser "notre chambre" m'excitait ? J'étais malade, que diable.

Des odeurs de mascarpone et mozzarella me sautèrent au nez quand je passai le seuil du restaurant. Je saluai le serveur d'un signe de tête, montra une table pour deux dans un coin. Oui, tranquillité. Il nous y conduisit, nous donna les menus et nous laissa. Je repris alors mon calepin pour parler à Adriel.

Je pense qu'il faut qu'on parle, quelque soit nos réticences.

Je guettais bien entendu sa réaction par dessus mon menu.

Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui je suis serveur [PV Caym]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» MEREDITH ➺ Hier j'étais fraiche comme la rosée du matin, aujourd'hui je suis plutôt fraiche comme la bouteille de rosé de la veille.
» «Je suis en charge de ce que je ressens et aujourd’hui, je choisis d’être heureuse»
» Noob, je suis un noooob!
» Colons d'hier, Bienfaiteurs d'aujourd'hui
» Je suis contre le déchoukage du président Préval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shadow's city :: Centre ville :: Place centrale-
Sauter vers: