Revenir en haut Aller en bas

Boîte à rumeurs

Il paraîtrait que la nouvelle prof de "tolérance" aie des tendances cannibales... - Lamavoyeur

On dit que la première du classement de l'Académie n'a pas eu un seul ami pendant tout son cursus... - Lamavoyeur

Eh les gars ! J'ai entendu dire que Ritsu aurait dit à Zack que Kelya aurait des vues sur Skye mais qu'elle aime trop le fouet de Alistair pour oser déclarer sa flamme à l'élue de son c*l - Anonymousse

Plop? Apparemment les disputes de couple se font de plus en plus fréquentes dans le placard de Caym et Adriel...

Un potin?

à adopter de toute urgence !

Shadow city news

« Suite à l'attentat perpétré sur la personne de Charles Emmett, le délégué de la commission nationale de Recherche et Développement, pendant la démonstration des nouvelles technologies conçues pour amener la paix et la sécurité à Shadow City, les autorités n'ont pas encore présenté de coupable. Selon nos sources, il pourrait s'agir d'un acte terroriste pro-maudit non revendiqué. »

Top sites

©linus pour Epicode

 :: Hors RP :: Archives RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'est-ce que la norme ? [PV Alistair]

avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Mer 2 Nov - 6:14
Il est tard, l’air est frais mais je ne tremble pas. Vêtue d’un sweat à capuche noir, d’un pantalon slim couleur jean et de ma paire de vans noire, je déambule dans la ville, sans raison précise. J’ai toujours aimé me balader, ça prouve que mes chaînes ne sont plus, que ma muselière est de l’histoire ancienne. Désormais je peux sortir quand je veux, où je veux, parler lorsque l’envie me prend. Mes yeux sombres permettent de cacher mes pupilles qui me distinguent des humains, ce n’est pas plus mal pour éviter tout conflit. La paix n’existera jamais mais à quoi bon provoquer une guerre inutilement ? J’aime me battre, mais là, je n’étais pas dans cette optique, je veux seulement respirer un bon coup et rentrer me coucher.

Sortant une clope de mon paquet et l’allumant sans tarder, je finis ma route devant cette porte immense où se cache derrière, l’immensité du monde extérieur. Il parait que des mutants vivent derrière cette porte, comment arrivent-ils à survivre ? Pourquoi le gouvernement les a-t-il chassé ici ? Parce que ce sont des « maudits » ? Je serre les poings à la pensée de ce mot. Nous n’avons pas décidé de naitre ainsi alors un peu d’indulgence. Nous craindre, nous détester ne mènera qu’à la destruction. Laissez-nous en paix, nous ne sommes pas des anomalies, l’humain connait juste le changement, et il a toujours eu peur de ce dernier. La norme rend ce qui n’est pas habituel, une crainte, mais si le non-habituel était la norme ? Je continue de tirer sur ma dose de nicotine, évitant d’envahir ma tête d’innombrables pensées avant de voir une ombre faire près de la mienne. Qui est-ce ? Je me contente d’ignorer l’individu, observant la porte en façade, gardant un œil sur l’ombre près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Ven 4 Nov - 23:23
Journée banale dans la vie de ce cher Alistair. Il se promenait en ville dans ses habits bien taillés et son masque sur le visage. Il ne voulait pas choquer les petits enfants ni les bon gens. Il pensait à son travail, jusqu'où l'avait mené ses recherches. Si cela avait vraiment un but ou allait lui rendre justice pour ce qu'il avait subit. Ce qu'il avait subit... Il toucha le masque du bout de ses doigts et une colère profonde se manifesta dans son coeur. Il ne doit pas douter de lui, il doit continuer à rechercher ce remède tant voulu par l'humanité. Cette cure qui évitera un changement trop brusque et incontrôlable pour l'homo sapiens.

En revenant à lui, il était aux abords de la frontière. Proche de cette énorme porte qui protégeait les Hommes des dangers de cette planète. Là bas vivaient les maudits ayant choisi la fuite au lieu de servir de tremplins pour la recherche. Ils pourraient tellement être utiles, remplissant leur rôle dans la complémentation du vaccin, et faisant grandir la jolie collection optique du scientifique. Vlad soupire et regarde autour de lui, cette vie qui serait encore plus sûre sans le danger mutant. Mais bon, c'est une épreuve à affronter.

En tournant la tête, son regard se posa sur une jeune femme, qui regardait aussi la porte. Peut être quelqu'un connaissant quelqu'un d'autre derrière cette barrière. Ou une jeune femme rêvant d'évasion. Quand il eut l'impression que leurs regards se croisent, il la salua en baissant son chapeau de manière courtoise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Sam 5 Nov - 2:51
Je me sens tout d’un coup observée. Est-ce le détenteur de l’ombre près de moi ? Je tourne alors la tête, scrutant le curieux personnage à mes côtés. Le chapeau abaissé, une salutation des plus polie mais un peu vieillotte pour notre époque. Enfin bon, il n’y a pas de mal à un peu de courtoisie de nos jours. Un signe de tête de ma part ainsi qu’un joli sourire feront guise de réponse. Je scrute discrètement son visage à moitié recouvert d’un masque, afin d’apercevoir la pupille de ses yeux. Impossible, il fait bien trop noir pour voir quoi que ce soit. Revenons cependant sur ce masque, c’est chelou de cacher la moitié de son visage, non ? Un psychopathe ? Pas de conclusion hâtive et puis, s’il cherche la merde, je sais me défendre.

-Avez-vous déjà vu ce qu’il y a derrière cette porte ?

Puisque ce type est là, autant taper la discute, non ? Je garde mon petit sourire, comme le ferait les gamine de 8 ans, sauf que j’en ai 21. Au moins, si c’est un pédophile, je ne risque rien. On dit qu’il ne faut pas jugé sur les apparences mais là, un type avec la moitié d’un masque, ça questionnerait n’importe qui. Pourquoi ne cache-t-il que la moitié ? Je veux savoir ! La curiosité est un vilain défaut mais ma soif de savoir est bien trop grande.

-Il y a quoi sous votre masque ?

Autant ne pas tourner autour du pot, c’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Sam 5 Nov - 21:11
Oh? Une jeune femme semblant rebelle mais polie. Une rencontre des plus chaleureuse depuis longtemps. Alistair gardait son sourire, remettant son regard vers la porte. Ce qu'il y avait derrière cette immense porte? Oui il savait. La faune et la flore sont de bons spécimens pour la recherche. Mais c'est aussi un endroit de refuge pour ces foutus maudits. Son sourire lui permettait de cacher cette colère pour ne pas que la jeune femme soit effrayée.

-Oh oui, il y a plein de spécimens d'animaux, de plantes, de minéraux propres à cette planète. La plupart encore dangereuse pour les Hommes. Y aller sans être sur-entraîné et bien préparé pourrait relever du suicide ou de la folie. Voilà pourquoi cette porte est là, pour permettre aux Hommes de vivre.

Il s'était lentement rapproché de la brune, mais gardait une distance de sécurité. Les yeux sombres de son interlocutrice était pour le moins gênant. Vlad ne pouvait pas voir ses pupilles. Si parfaitement ronds chez les hommes et mauvaisement géométriques chez les maudits. Puis elle alla sur un sujet assez piquant pour le scientifique. Son masque. Oui, ce masque. Une protection pas pour lui mais pour le monde autour. Pour qu'il ne voit pas ce qu'il réserve aux victimes de son scalpel. Son sourire se fit plus crispé, le faisant se tourner vers la curieuse.

-Oh et bien je vous dirait qu'il y a mon visage. Mais ce serait une blague de mauvais goût. C'est une protection suite à un accident.

Il n'a pas répondu à la question mais il n'a pas menti pour autant. Voulant voir la réaction de cette jolie femme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Sam 5 Nov - 23:12
L’individu masqué semble doté d’une intelligence supérieure, ou d’au moins un savoir développé. N mutant, un homme ? Je pencherai sur la dernière hypothèse. Il emploi beaucoup le mot « homme » et n’a jamais abordé le sujet « mutant ». Etrange de nos jours, non ? A le voir se rapprocher vers moi, je comprends qu’il essaye de voir la forme de mes pupilles. Tu ne les verras pas, même dans le jour elles sont dures à apercevoir. Le truc qui me dit que l’homme cache vraiment quelque chose de ^pas net, c’est lorsque qu’un rictus s’empare de sa lèvre à la suite de ma dernière question.

-Oh et bien je vous dirait qu'il y a mon visage. Mais ce serait une blague de mauvais goût. C'est une protection suite à un accident.

Il est poli, je ne peux le nier, il n’a eu aucun commentaire désagréable à mon égard mais quelque chose me bloque chez lui. Le sourire toujours aux lèvres, je ne montre aucune crainte à l’égard du protagoniste. Je poursuis alors mon interrogatoire, calmement.

-Si vous ne voulez pas m’en parler, je comprendrais mais je me permets tout de même de poser la question : quel accident avez-vous subi ?

Je ne compte pas lâcher l’affaire, ce mec est louche, point final. Peut-être qu’opter dans un changement de conversation l’emmènerait à dévoiler un peu de lui-même ?

-Etes-vous marié ? Vous faites quoi dans la vie ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Dim 6 Nov - 5:35
Cette petite est des plus curieuse, n semblant pas vouloir lacher le morceau sur la face cachée du scientifique. Son entêtement à vouloir en savoir beaucoup sur l'homme la rendait à la fois dangereuse et intrigante. Enfin un peu d'exercice, voyons où en vont les choses. Elle veut savoir quel accident, bien, soyons évasif.

-et bien un accident ménagé, je faisais l'idiot à la maison est les conséquences m'ont amenés à cette blessure.

Il se tourna vers la porte, essayant de garder son interlocutrice dans son champ de vision. Il se devait de riposter, essayer de lui faire dire des choses sur elle. Mais elle le devança, lui posant des questions privées. Est il marié? oui à la science et la recherche. Son but ultime, guérir les maudits. Il agit pour la bonne cause. Il toussa pour se remettre le voix, revenant sourire à la jeune femme.

-Et bien non, c'est difficile quand on travaille longtemps, et puisque vous demandez, je suis scientifique.

Toujours ce sourire formel aux lèvres, Vlad allait être plus direct avec cette jeune femme.

-Et vous, vous ne m'avez rien dit en échange. J'attends un peu plus d'éclaircissement sur votre personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Dim 6 Nov - 16:13
Je vois, son accident est lié à la maladresse. Je ne cherche pas à en savoir plus dessus, ça peut arriver à tout le monde de faire le con et de se blesser par la suite. Par contre, ça blessure doit être sacrément dégueulasse pour qu’il la cache à l’aide d’un masque. Je suis curieuse de voir l’état de son visage, mais ça m’étonnerait qu’il me le montre. Je continue donc mes questions, essayant d’en apprendre un peu plus sur l’homme, sur sa vie privée.

-Et bien non, c'est difficile quand on travaille longtemps, et puisque vous demandez, je suis scientifique.

Son dernier mot a un impact plus important que les autres. Mon corps se fige un court instant qui me parait être une éternité. Je ne dois pas avoir peur, il ne sait pas qui je suis et puis, je ne suis plus la petite fille peureuse d’antan. Je ne dois pas lui montrer que sa révélation m’affecte. Intérieurement, je me fous une gifle, reprenant mes esprits, je conserve mon sourire, il ne doit se douter de rien, je dois rester calme. Mes poings veulent taper, ils rêvent de sentir les os de ce type se briser sous leurs coups. Combien de mutants a-t-il charcutés ? Arrête de sourire connard, je vais te saigner.

-Et vous, vous ne m'avez rien dit en échange. J'attends un peu plus d'éclaircissement sur votre personne.

Qui suis-je ? Ma main se pose sur mon cou comme par réflexe. Vous les scientifiques, vous ne pouvez comprendre le mal que vous nous infligez à nous, mutant. Ce mal que tu portes au visage, toi scientifique, il est moindre que ce que l’on ressent, nous, mutant. Mes poings se serrent, la colère m’envahit. Je ne suis plus l’un de vos cobayes, je ne le serais plus, jamais. Mon sourire émet une toute autre émotion, il est moins….gentil ?

-Moi ?

Mon regard se plante violemment dans le sien. Je me mets un siffloter une chanson, respectant le rythme de celle-ci, la mélodie sonne bien, mon gène mutant se mêle à la danse, le son arrive jusqu’aux oreilles du scientifique. Son ouïe est touchée, une pression douloureuse doit s’exercer sur ses tympans avant de disparaitre, laissant la fin de la mélodie se terminer paisiblement. Je ne l’ai pas rendu sourd, il entendra seulement des acouphènes pendant un temps. Mon sourire s’agrandit, je ne suis que provocation après tout.

-Je suis l’un de vos anciens cobayes j’imagine.

Ma gorge se rappelle de tous les sections qu’elle a subi, des outils traficotant dedans, des aiguilles la transperçant, des fils qui l’a recousent. Elle n’oubliera jamais. Un rire m’échappe, ma voix se fait joueuse.

-Vous ne trouverez jamais de remède à notre mutation. Nous ne sommes pas malades, nous représentons l’évolution de la race humaine. Il y a eu l’homo-sapiens, maintenant nous, les mutants.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Lun 7 Nov - 1:54
Les pressentiments sont parfois violents. Un frisson. Il allait se passer quelque chose. Une mélodie, un chant, une voix belle comme... un sifflement, une douleur aigüe. Un vrombissement dans les oreilles. Il fit un mouvement brusque de la tête, comme pour enlever quelque chose dans ses oreilles. Il mit la main à l'oreille gauche, la plus sensible. Puis il releva ses yeux, emplis de haine et de dégout vers la jeune femme. Elle lui crachait elle aussi sa haine. Une haine forte, sûrement une rescapée du laboratoire. Une ancienne cobaye?

Un rire, un rire fou, lent et grave. Si elle avait été son cobaye, elle aurait fini froide, sans voix... et sans yeux. Des yeux sombres cachant les pupilles. Il fallait avoir l'oeil pour détecter la différence. Un remède? Peut être que personne n'en trouvera, mais ses expériences lui faisaient plaisir. Et le meilleur remède est l'éradication. Et vu leur nombre, les mutants seront sans doute voués à cette fin tragique. Son rire se finit, toujours ce bruit sourd dans les oreilles.

-Ma chère petite, estime toi heureuse de ne pas m'avoir eu comme docteur.

Il se tenait près d'elle mais la zone étant encore peuplé. Il ne devait pas risquer une quelconque altercation. Elle voulait voir ce qu'il y avait sous le masque, et bien soit. Il prit son chapeau de la main gauche pour le garder à niveau de son visage avant de porter sa main droite à son masque. Lui dévoilant ce que sa mère avait osé faire. Il se mit à parler, un sifflement sortant d'entre ses dents.

-Voilà ce que ton espèce à fait. Inspirer la peur dans le coeur des hommes, les rendant faibles, stressés, apeurés. Et mon devoir est d'éradiquer les monstres qui parcourent nos rues.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Lun 7 Nov - 3:00
Ce mec est fou, son rire est flippant, son sourire ferait cauchemarder les gosses. Mais qu’est-ce que je fous avec un mec pareil ? Je ne reculerai pas, il ne me fera rien, c’est un lieu public après tout, il ne prendra pas me risque.

-Ma chère petite, estime toi heureuse de ne pas m'avoir eu comme docteur.

Est-il en train de se vanter d’être un psychopathe ? Est-ce des menaces ? Mes sourcils se froncent, mes poings se resserrent. Je vais lui foutre une patate en pleine gueule. Calme-toi Kelya, ne fais pas ça ici. Je serre les dents, essayant de me calmer. Je ne tire pas du cœur en découvrant l’intégralité de son visage, je ne baisserai pas les yeux face à cette abomination.

-Voilà ce que ton espèce à fait. Inspirer la peur dans le coeur des hommes, les rendant faibles, stressés, apeurés. Et mon devoir est d'éradiquer les monstres qui parcourent nos rues.

Mon espèce ? Eradiquer les monstres ? Mes ongles pénètrent la chair de mes paumes. Si ce type perd ses dents, sera-t-il en mesure de l’ouvrir encore ? Kelya, prends sur toi. Je ne veux pas jouer avec un type pareil, je ne veux plus sourire, il m’a mis les nerfs à vif.

-Si nous sommes des monstres, vous êtes bien pire ! De quel droit vous permettez-vous de nous charcuter librement ?! Seulement parce qu’un gène se dissocie de l’homme, nous sommes des bêtes ?!

Je ressens une douleur dans la mâchoire tellement je serre les dents. Ce type n’est qu’un déchet à brûler. C’est à cause de mec comme lui que la paix n’est qu’une idylle. Sale bâtard !

-Si les mutants se révoltent, c’est en partie de votre faute. J’espère que vous souffrez tous les jours en voyant votre sale gueule dans la glace ! Votre laideur extérieure et la même à l’intérieur.

Souffre sale merde ! C’est le châtiment pour t’en être pris à notre espèce. Te promène pas seul dans un lieu peu fréquenté, je te tuerais sans hésité.

-Je n’ai plus peur de vous, c’est à vous de me craindre.

Mon regard fusille le sien en laissant apparaitre une haine profonde à l’égard de ce type.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Mer 9 Nov - 0:25
Elle veut agir. Elle veut venger ses frères d'arme. Sauf qu'elle ne peut pas. Si elle le fait, elle sera arrêtée, inspectée et envoyée au labo de son interlocuteur. Qu'est ce que ça ferai plaisir à Vlad qu'elle soit allongée sur la table d'opération. Elle commence à cracher tout son venin, attaquant Alistair sur ce qui lui était arrivé. L'homme replaça lentement son masque et son chapeau, gardant son sourire arrogant. Oh non ma belle, il n'a pas honte en se regardant le matin. Il est en croisade contre le phénomène mutant. Il ne veut pas que d'autres humains subissent ce qu'il a enduré. Cette souffrance constante, le regard des autres. Il est peut être un monstre mais c'est le prix à payer pour sauver l'humanité.

-Tu l'as montré toi même. Dès que vous possédez un "don", comme vous dites, vous en faites l'usage à la moindre contrariété. Vous vous pensez au dessus mais à toute maladie il y a remède et je le trouverai. Vous faisant rentrer dans le droit chemin et épargnant la peur que vous vous délectez à insuffler au petit peuple. Mais soit, tu ne nous crains plus et rester un peu plus ici me ferai faire quelque chose de désagréable. Laissons ça au hasard.

Il mit la main dans sa poche, il avait envie de prendre son arme et de la rayer de la carte. Il n'aurai qu'à plaider auto-défense. Mais il prit plutôt sa pièce. Il la met en évidence face à la jeune femme et la jette en l'air.

-Si tu gagnes tu n'auras rien à craindre de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Sam 12 Nov - 21:18
Son sourire ne disparait pas, il cache son ignoble côté de son masque et remet son chapeau sur la tête. Je n’aime pas cet individu, je ne le connais pas réellement, mais je ressens un malaise face à lui. Il a l’air de prendre plaisir à torturer les mutants ?


-Tu l'as montré toi même. Dès que vous possédez un "don", comme vous dites, vous en faites l'usage à la moindre contrariété. Vous vous pensez au dessus mais à toute maladie il y a remède et je le trouverai. Vous faisant rentrer dans le droit chemin et épargnant la peur que vous vous délectez à insuffler au petit peuple. Mais soit, tu ne nous crains plus et rester un peu plus ici me ferai faire quelque chose de désagréable. Laissons ça au hasard.

Il ment, il ne sait pas de quoi il parle. Je n’utilise que rarement ma mutation, je sais quels dégâts elle peut provoquer, ils sont irréversibles. Qu’ils ne mettent pas tous les mutants dans le même panier. Un mutant qui s’amuse à faire usage de son gène pour semer la pagaille, je suis contre, je les mets dans le même sac que ce type. Tu veux faire quelque chose de désagréable ? Vas-y, tu t’en mordras les doigts. Mes yeux sont rivés sur sa main fouillant dans sa poche. Que va-t-il en sortir ? Je reste sur mes gardes, prête à sortir le couteau caché dans ma poche arrière. Essayes de faire le con, monsieur le scientifique, si je te tranche les mains, tu ne feras plus de mal à personne.

-Si tu gagnes tu n'auras rien à craindre de moi.

Une pièce ? Le futur se joue sur un fucking pile ou face ?! Il se fout de ma gueule ?! Non mais sans dec’, croit-il vraiment que je vais rentrer dans son jeu ? Un côté de moi, me dit de lui trancher la jugulaire, de le laisser se vider de son sang petit à petit. Un autre, me dit de me calmer et d’accepter sa proposition pour éviter tout problème avec le gouvernement. Tsss, mon esprit joueur aura raison de moi.

-Face.

Mon regard se replante dans le sien, j’avale difficilement ma salive, je ne suis pas sereine du tout. Que va-t-il se passer s’il gagne ? Va-t-il tenter un geste dangereux ? Suis-je actuellement en danger ? Il y a trop de monde, il ne fera rien. Je me rassure comme je peux.

-Si tu perds, je ferais ce que je veux de toi.

Un sourire démoniaque se dessine sur mes lèvres. Il faut que je gagne, la défaite n’est pas acceptable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Sam 12 Nov - 23:39
-Si tu perds, je ferais ce que je veux de toi.

A ces mots, Alistair ne fixait plus que la pièce qui commençait lentement à tomber. Aucun stress apparent, car c'était son jeu. Le jeu du hasard. La seule justice dans ce monde changeant, qui décide de favoriser certains tout en faisant en sorte que d'autres en subissent les conséquences. La pièce est bientôt dans sa main. Il ne pense à rien d'autre, ne voit rien...

Paf

Quelque chose le pousse au niveau de la hanche droite, le faisant légèrement tituber. La pièce rata sa main, ou l'inverse, rebondissant sur le sol. Mais elle ne s'arrêta pas sur une facette, elle roula, librement jusque dans un caniveau, disparaissant dans les bas fonds de la ville. Alistair sera le poing, regardant ce qui l'avait dérangé. Deux jeunes enfants qui devaient sûrement jouer, et qui maintenant étaient comme hypnotisés par l'allure du scientifique. Il leur sourit gentiment, se penchant un peu sur eux. Il leur dit de faire attention à l'avenir, leur permettant de partir sans conséquence de sa part. Puis il se tourna vers la mutante, reprenant un air plus grave.

-Et bien le hasard ne permettra pas à l'un d'entre nous d'avoir main basse sur l'autre. Curieux résultat n'est ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Date d'inscription : 29/10/2016
Localisation : Dans ta douche
Dim 13 Nov - 2:10
La pièce fait des tours sur elle-même, le temps parait tellement lent. Dire que je mise beaucoup sur une seule pièce, c’est complétement insensé de ma part. L’objet de métal arrive presque à la fin de son parcourt et…dans le caniveau. Sérieusement ? Putain mais tant de suspens pour une fin pareille ?! Je suis légèrement énervée malgré l’incertitude qui animait cette partie de chance. Les fautifs, des gamins. Je soupire, ils sont jeunes, c’est normal d’être maladroit à leur âge. Je ne dis rien, laissant ce type faire le gentil alors qu’en se retournant dans ma direction, son regard était tout autre. Tsss, quelle espèce d’enfoiré. Comment peut-il si bien camoufler sa véritable nature ?

-Et bien le hasard ne permettra pas à l'un d'entre nous d'avoir main basse sur l'autre. Curieux résultat n'est ce pas?

Je fronce les sourcils en fixant ce mec. Sa façon de parler me soûle, sa gueule me soûle, son jeu me soûle. Ouai, je ne porterai jamais cette vermine dans mon cœur. Tsss, tu ne t’en sortiras pas indemne.

-Curieux, oui. Ce n’est que partie remise, même s’il faut se rendre à l’évidence que l’un de nous finira mal à notre prochaine rencontre.

Je lui fais un grand sourire avant de lui tourner le dos, commençant à reprendre la route.

-Tu ne t’en tireras pas comme ça, c’est une promesse.

Tu regretteras tout le mal que tu as fait. La souffrance que tu as causée, tu la retentiras en centuple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 31/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Alistair V. Turner
The Two-Doctors
Mar 15 Nov - 18:09
Elle avait l'air vraiment dérangée par le résultat. Ce qui ne déplaisait pas à Alistair. Elle dit vrai, la prochaine fois qu'ils se verront, rien de ce qui en sortira ne sera bénéfique, sauf peut être une avancée scientifique. Qui sait? Elle lui sourit, lui donnant envie de l'étriper sur le moment. Puis elle tourne les talons. Puis elle promet. Elle promet que le scientifique ne s'en sortira pas. Oh que non. L'homme est là pour ramener la norme chez les hommes.

-Au plaisir de vous revoir.

Dit il en reprenant aussi sa route, ayant une idée de qui elle pourrait être. Il allait chercher, fouiller, explorer les dossiers de ces dernières années. Si elle déteste tant les scientifiques c'est qu'elle vient de là bas. Le laboratoire. Et la prochaine fois qu'ils se verront, Vlad sera prêt à l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 585
Date d'inscription : 29/08/2016
Age : 27
Localisation : A traîner en ville
Dim 25 Déc - 21:19
P'tit up par là?

_________________


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Qu'est-ce que la norme ? [PV Alistair]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Alistair Souleater
» Quelqu'un m'a dit ♦ ft Alistair & Ambroise
» On ne dérange pas un serpent • Alistair
» Sources - Bilbo le Hobbit
» Jack O'Fallon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RP :: Archives RPs-
Sauter vers: